Il peut être délicat de parler des parents "biologiques" de nos petits adoptés, les enfants posent des questions, racontent des souvenirs, se sentent quelques fois embarrassés par un désir de loyauté à notre égard ou envers leurs premiers parents.  Nous n'avons pas consacré un terme particulier à la désignation de leurs parents biologiques.
Selon les circonstances, nous disons "Maman B........u" (c'était le prénom de leur maman), ou bien votre "maman de naissance", ou bien votre "première maman", ou la "maman qui t'a mis au monde", (nous évitons "qui t'a donné la vie" car à nos yeux adopter un enfant est une nouvelle façon de lui donner la vie) parfois encore je dis ta "maman qui est au ciel"  ... 
Ils ont tous deux de bons et heureux souvenirs de cette maman avec laquelle ils me comparent quelquefois. (un geste commun les attendrit, ou s'ils se font gronder, bien sûr elle était plus gentille....)
Nous parlons parfois du début de leur vie, en Ethiopie, et nous leur répétons qu'ils peuvent penser et prier pour leurs premiers parents.
Que  personne n'aurait voulu qu'ils meurent, mais puisque c'est arrivé, leurs parents d'Ethiopie sont sûrement heureux de voir qu'ils sont aujourd'hui à nouveau choyés, nourris, habillés et éduqués.
Que normalement tous les parents sont heureux de voir leurs enfants heureux...
Que nous croyons que l'amour subsiste après la mort ou malgré la distance (actuellement l'un de nos aînés navigue dans l'océan Indien, mais celà ne nous empêche pas de nous aimer, même si on n'a pas la possibilité de le manifester...)
Ce petit témoignage correspond à une histoire particulière, il n'est sûrement pas un modèle, mais je crois que chaque parent peut avec une écoute délicate et l'intelligence du coeur trouver le langage qui conviendra à l'enfant qui lui est confié...
Retour à l'accueil