Lundi

           

            Tout d’abord nous avons été un peu déçus ce matin de ne pouvoir aller au marché ce matin. Il y a de l’agitation, des émeutes en ville (apparemment les récentes élections n’ont pas les effets attendus). Bon, nous faisons contre mauvaise fortune bon cœur, de toute façon, nous avons eu un malade en fin de nuit, à qui un peu de repos ne ferait pas de mal.

En contre partie, et ça c’est vraiment génial, nous allons voir nos enfants et même, -joie et surprise inespérées !- nous avons obtenus l’autorisation de les emmener avec nous, dans notre petite maison ! Ils étaient heureux ! Et nous avons beaucoup apprécié d’être tout à eux, sans les autres enfants autour, qui réclament qui un ballon, qui un mouchoir, qui un bisou !

Les pauvres chéris auront aussi cette joie dans quelques semaines, mais pour les notres, ce temps privilégié est précieux en qualité de relation personnelle avec leurs nouveaux parents encore inconnus. Ce n’est pas si facile avec une autre langue. Nous leur avons donné des jeux et des petites bricoles rien que pour eux, ils ont préféré les laisser dans nos chambres pour ne pas exciter la convoitise de leurs petits camarades restés à la « Petite Maison ».

Il nous a fallu, bien à contre cœur, c’est trop court !, les y ramener pour le déjeuner.

Nous avions rendez-vous avec Monsieur l’Ambassadeur de France en Ethiopie et le Consul pour déjeuner… mais, mais, mais ces émeutes d’étudiants les ont amenés à se replier en sécurité suite à des jets de pierre au passage de leurs voitures. Nous avons reçu l’attachée d’ambassade chargée des visas et son adjoint, éthiopien, avec qui il lui est plus facile de se déplacer. Assefa était un peu déçu, il nous avait bien briefé la veille sur toutes les activités d’ERM et ARM en Ethiopie, nous étions censés être les ambassadeurs de ERM auprès de l’Ambassadeur. Elle nous a beaucoup parlé de son travail, des visas d’adoption et du fonctionnement des OAA en Ethiopie. Elle a parlé d’un orphelinat qui « monopolise » l’adoption avec 5 OAA françaises et en tire de substantiels bénéfices, au détriment d’orphelinats issus d’initiatives privées qui survivent à peine dans une grande misère. Elle apprécie de travailler avec ERM qui fait venir la plus grande partie des parents sur place et leur permet ainsi de mieux prendre en considération l’origine des enfants.

L’après-midi, les enfants sont revenus avec nous, cette fois, c’est bien sûr, ils ont bien compris que nous sommes leurs papas et mamans rien qu’à eux, puisque les autres restent à la « Petite Maison ». Ils ont colorié, très soigneusement et joué au ballon. Enitewow et Yizengaw se sont beaucoup amusés de l’empreinte de leurs pieds que j’ai dessinées pour l’achat des chaussures au retour.

Enatnesh, la toute discrète, a parfaitement compris que nous ne sommes pas ses parents, mais qu’elle vient bien en France avec nous. Elle est très souriante depuis que nous venons à la maison des parents avec eux. J’espère que ce ne sera pas trop dur à Roissy. Je ne la sollicite pas trop, sans mettre une distance, elle vient beaucoup pour les câlins et je l’accueille de tout mon cœur.

Aujourd’hui, les émeutes ont duré toute la journée, mais nous sommes très protégés. Le courant a été coupé dans toute la ville pour inciter les manifestants à se calmer. Les enfants ont du rentrer plus tôt pour dîner tant qu’il faisait jour et notre dîner aussi à été avancé. Nous avons ensuite devisé aux chandelles, joyeusement et gravement tour à tour. Notre groupe est fort sympathique, nous parlons et plaisantons beaucoup ensemble. Nous pouvons aussi échanger sur nos expériences de parents et nos vues sur l’éducation en général, nous réconforter mutuellement si un enfant nous donne du souci (refuse le contact, paraît triste, difficulté à se comprendre mutuellement…) On ne peut attendre que peu d’aide de ce point de vue de la part des mamas, car ça leur paraît étrange de tenir compte des sentiments et états d’âme des enfants. Deux d’entre nous sont venus sans leur conjoint, c’est aussi un peu plus dur pour eux.

Retour à l'accueil