Notre expérience nous a montré que l'adoption peut recevoir des réactions très dures de notre entourage.
Depuis l'obtention de l'agrément (novembre 2004) nous préparions peu à peu notre entourage à accueillir nos 3e et 4e enfants.
Réactions très enthousiastes au travail, notre démarche touche beaucoup de mes collègues, certaines sont africaines et m'ont abreuvé de conseils très gentils.
La plupart de nos amis ont été heureux pour nous et ont posé des tas de questions parfois indiscrètes, sur nous et sur les enfants, nous les protégeons en taisant leur passé.
Dans la famille, certains connaissaient déjà notre pénible parcours de stérilité secondaire et se sont réjouis que nous puissions ainsi avoir la famille nombreuse dont nous rêvions.  
Pour mes parents, ils sont ravis d'avoir leurs 11e et 12e petits-enfants et les aiment comme les 12 autres.
Pour mes beaux-parents, c'est le contraire :
"Ils nous avaient déjà dit qu'avec la naissance du 2nd, c'était assez."
"Ils connaissent des gens qui ont adopté et ça s'est mal passé."
"On sait jamais d'où ils sortent, c'est que des problèmes."
"De toute façon, ce sera jamais nos petits enfants."
"C'est très mauvais pour les aînés"........ 
Mon Chéri qui connaît bien ses parents n'a pas été trop étonné de cette réaction, mais moi, je l'ai mal encaissé. Je me suis posé 10000 questions, j'ai douté (alors que ce projet est tout ce qu'il y a de plus mûri dans notre couple.)
Deux jours plus tard, mes beaux-parents ont rappelé : j'ai pensé :
"Ouf, ils ont réfléchi et viennent nous dire qu'ils regrettent leur propos d'avant-hier". Pas du tout, ils en ont "remis une couche", ils allaient voir leur notaire pour voir comment faire pour qu'ils n'aient pas les mêmes droits que les autres petits enfants sur leur succession...
Naturellement mon cher et tendre l'a mal pris : rupture des relations diplomatiques. A force d'insister j'ai fini par le convaincre de leur écrire plus tard pour leur présenter notre position et solliciter leur compréhension, il a accepté mais sa lettre était assez dure et lourde du poids de son amertume (Je lui avais proposé d'envoyer conjointement ma propre lettre (publiée ici : http://quadrimaman.over-blog.com/article-2983282.html ) mais il a estimé qu'ils n'avaient pas besoin de savoir tout çà sur nous, donc pas envoyée). Nouveau flop.
Maintenant mon Petit Coeur ne veut plus communiquer avec eux.
Ne leur a pas écrit pour leurs anniversaires et fête, ni pour la Fête des Mères...
Personnellement j'estime que nos enfants ont le droit de rester en relation avec leurs grands parents et je les encourage à écrire à chaque occasion.
Le plus drôle dans l'histoire c'est que mes beaux parents sont convaincus que c'est moi qui empêche mon époux de les voir !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Je suis la méchante belle-fille qui manipule leur fils, le rend malheureux et le séquestre depuis 20 ans.... Si, si je vous assure !!!
La coupe était pleine et elle a débordé quand notre Petite Poulette chérie a écrit à ses grands parents, et qu'elle en a reçu une réponse d'une méchanceté incroyable.
Je voulais laisser la porte ouverte, mais ils l'ont eux même verrouillée de leur côté et ont apparemment jeté la clé. Nous n'écrirons plus, nous n'essayerons plus de leur expliquer, de leur faire comprendre ou accepter notre choix...
Comme je suis très croyante, je vais continuer de prier pour eux, mais même çà c'est trop dur pour mon Petit Coeur. Je continue d'espérer que jusqu'à la mort, on peut changer et se réconcilier...
J'en ai longuement parlé au téléphone avec notre correspondante ERM, quand j'ai trouvé ma Petite Poulette en larmes en lisant cette fameuse lettre. Elle est de bon conseil, même s'il n'y a pas de solution, elle m'a aidé à accepter que la rupture totale soit dans ce cas nécessaire pour protéger notre famille.

Retour à l'accueil