Tilou et Tchatchi font leur part des fameux 400 coups et je serai sûrement bientôt adhérente du Club des Mamans Devenues Chêvres ! Cette semaine, ils les font aux Centre de Loisirs, ouf ! un peu de répit pour la maison !

 

 

Mais j'exagère, comme toujours : ils savent aussi s'occuper très sagement tous les deux. Ces jours-ci, nous lisons les "histoires comme ça" et ces récits pleins de fantaisie les ravissent.

Deux petites questions me turlupinent par moment :
 
- Après plus d'un an à la maison, une nourriture abondante et régulière, Tchatchi et Tilou (6 et 7 ans) ont gardé un fort instinct de cueilleurs : chaque fois que nous rencontrons des arbres ou arbustes, ils sont tentés de cueillir et de manger les fruits ou baies qu'ils voient. La plupart du temps ils demandent quand même si c'est comestible, mais je me demande s'ils ne risquent pas de consommer sans demander s'ils sont seuls ? S'ils pensent avoir besoin de se nourrir de nouveau par leurs propres moyens, comme lorsqu'ils étaient en Ethiopie ?  Ils ont échappé et survécu à tant de dangers entre la mort de leurs parents et leur "mise en sécurité" par l'OAA qui nous les a confié, se croient-ils invulnérables  ?
 
 
- Tilou est très curieux, cherche à tout comprendre. Il pense qu'en France on est plus intelligent qu'en Ethiopie, à cause des technologies et des sciences qui sont à notre disposition (sans aucun mérite de notre part d'ailleurs, ni démérite de la part de la population éthiopienne). Par exemple, me regardant repasser, il me demande "comment çà marche". Je me lance dans l'explication de la résistance électrique et comment le fer a évolué depuis le fer en fonte que nos arrière-arrière-grand-mères faisaient chauffer sur leur cuisinière à bois. Tilou émerveillé, me dit que Banchayehu n'en avait pas et qu'elle ne savait pas tout çà.  J'ai beau essayer de lui expliquer que la valeur d'une nation ne tient pas au niveau de technologie et de science qu'elle offre à ses habitants, que son histoire,  sa nature (paysages, faune et flore), son sol, les peuples qui la composent etc, sont aussi de véritables trésors. Tilou n'est pas convaincu. J'ai peur qu'il surestime les qualités de notre mode de vie et quand il sera plus grand et aura besoin de s'identifier dans ses origines il souffre par manque d'estime de lui-même-son pays d'origine.
 
Bon, sans doute, comme beaucoup de mamans je m'inquiète trop....mais je ne peux pas m'empêcher d'y penser.
 
Retour à l'accueil