A l'aube de l'été

 

Je rêve, je rêve,

Tes yeux se lèvent.

Tu m'as regardée, taquin ?

Et folle que je suis,

J'ai cru ce regard trop câlin,

Je te désirais et j'ai fui !

Maintenant je pleure,

J'ai brisé mon rêve.

Pourquoi ai-je eu peur,

D'accepter enfin la trève ?

Tu sais la peine de mon coeur :

Ca brûle, déchire, ravage...

Comme cette fleur

  Dont on arrache les pétales, SAUVAGE !

Ce n'est pas la première

Qui s'ouvre au jour.

Elle est née du germe d'Amour

Tombé de ton regard-Lumière.-

 

 

(Ambiance carrément mélo, j'avais 18 ans, OK c'est pas une excuse ! J'étais encore dans ma période blonds aux yeux bleus, celui-ci s'appelait Frédéric. Je tombais amoureuse toutes les 3 semaines... Je me suis calmée avec un beau brun, depuis.)

Retour à l'accueil