La préparation à "La Petite Maison" :

Les enfants adoptables sont placés au village d'enfants "La Petite Maison" en attendant leurs parents adoptifs et reçoivent une préparation. Ils ont une "initiation" au français plutôt que des cours à proprement parler. Ils connaissent un peu de vocabulaire français : toutes les parties du corps sauf le ventre et le bas-ventre (je suppose que la pudeur empêchait d'en parler),  les vêtements (même les bas, ça m'a surprise !) Cela nous a peu servi en pratique, mais on a joué en les récitant en chantonnant, ça les a rassuré de voir que c'était bien ça qu'ils avaient appris.

Nous avons appris quelques mots d'amharique sur place et avec un lexique fourni par notre OAA et un DVD (peu adapté à la communication avec un enfant). Mais il y a ~80 langues ou dialectes parlés en Ethiopie,  l'enfant peut venir d'une région où sa langue n'est parlée que par quelques villages, l'amharique n'est pas forcément utile ; à Addis Abeba beaucoup d'enfants connaissent un peu l'anglais c'est plus facile.
Mais leur volonté de s'intégrer est telle qu'ils apprennent très vite, l'incapacité à se faire comprendre peut engendrer des colères de leur part au début. Nous avons traversé cette période avec un vocabulaire le plus simplifié possible et des gestes et signes. Les imagiers peuvent être bien utiles. A cet âge, en vue de la scolarisation, les notions de formes, couleurs, grandeurs et mesures, chiffres et lettres sont utiles aussi.
Pour ce qui est de la préparation psychologique, je pense que les mamas ont fort à faire et ne consacrent pas du temps pour en parler individuellement à chaque enfant. D'ailleurs je suppose que les sentiments des enfants ne sont pas autant pris en compte en Ethiopie que chez nous où tous leurs autres besoins sont comblés. Il y a des choses dont on ne s'occupe que quand le ventre est plein, les habits chauds, le lit douillet et qu'un coeur de maman et de papa vous est totalement consacré.
On leur donne l'album photo que les parents ont envoyé peu de temps avant l'arrivée des parents (toujours à la Petite Maison, parce qu'un jour un enfant a fait une maladie très grave après l'annulation de son attribution) pour éviter une fausse joie ou une attente trop longue, les enfants ne vivant pas dans la même échelle de temps que les adultes. Quelques fois les enfants trouvent leurs parents "jolis" sur les photos d'autres les trouvent "vilains" sur photos et changent d'avis en les voyant, parfois ils ne les reconnaissent pas, d'autres fois si....

Retour à l'accueil