Ma vie est faite pour aimer, pour me donner, à mon époux, à mes enfants. Je veux donner à chacun d'eux ce dont il a besoin pour être heureux. Bientôt ce sera l'école pour Tchatchi, et une plus grande autonomie dans le travail scolaire pour Tilou, toujours à  la maison, l'apprentissage de la conduite pour Tilion, la poursuite de l'initiation aux "méandres administratifs" pour Petite Poulette...

Je suis profondément convaincue que les enfants ont besoin de présence et de temps, à plus forte raison quand ils sont adoptés. Je ne peux pas imaginer la réaction de mes petiots si nous les avions scolarisés ou si j'avais repris mon travail au cours des 2 premières années. Les colères, bouderies, insolences auxquelles nous avons été confrontés auraient été peut-être plus pénibles à surmonter si je n'avais pas été à la maison à temps plein, de tout mon être.

Dans mon nouvel emploi, à mi-temps, je serai à la maison au moins 22 jours par mois, et Petit Coeur sera là quand je n'y serais pas, et le temps du papa compte aussi !. Les enfants ont besoin de notre présence, de notre regard sur eux dans les premières années. Cela favorise l'attachement "sécure" et permet ensuite l'autonomie, se tourner vers l'extérieur et affronter les aléas de la vie et y puiser de nouveaux acquis.. Quand une maman travaille, surtout à temps plein, elle est peu disponible. La société fait de nous des soit-disant femmes émancipées et actives, mais quel leurre si nos enfants sont mal dans leur peau ! 
 On me traite parfois de "mère poule" en pensant que je ne veux pas lâcher les baskets de mes enfants. C'est tout à fait inexact !!! J'ai la joie et la fierté de les voir épanouis, ils ont des copains, ils pratiquent natation, équitation, catéchisme, scoutisme, etc, sont capables de montrer et de dire leurs émotions, de se donner à leur tour, sans "profiter" de ma disponibilité. Tant d'enfants et d'ados sont fermés, voire hostiles à leurs parents car ces derniers n'ont pas de temps à leur consacrer. Ils (certains) compensent avec des super cadeaux, des sorties, des vacances... Mais tout ça ne remplace pas l'amour donné et reçu ET PERCU, un regard bienveillant posé à tout moment sur chacun.

C'est peut-être un "sacrifice" mais sûrement pas un massacre ou un holocauste ! J'aime mon métier, mais je sais que mon choix est justifié par l'enjeu, mes priorités se sont naturellement déplacées. Je lis, marche, rencontre mes amies, tiens ce blog... Je suis assez bien dans ma tête et dans mon corps (bon d'accord, j'aimerais perdre quelques kilos !!!), ce qui me rend plus détendue et disponible pour mon foyer. (Ca ne m'empêche pas de m'autoriser à "péter" un plomb de temps à autre, ou de demander un soutien actif à mon mari) Je donne beaucoup de ma personne et de mon temps à ceux que j'aime et ils me le rendent, "parce que nous le valons bien" !!!

Je pense qu'adopter des enfants est une démarche qui demande une longue réflexion conjugale. Ils arrivent avec  une histoire souvent douloureuse et vouloir continuer notre vie sans la bouleverser profondément est impossible. On ne peut pas créer des liens privilégiés en quelques semaine ou mois. L'adoption est dans les 2 sens. C'est un miracle qu'ils arrivent à bien s'adapter pour la plupart. Nos petits de ventre et de coeur (quelque soit leur âge) ont besoin de sécurité, d'un entourage très présent, d'un rythme régulier et des tonnes d'amour pour grandir ...

Retour à l'accueil