La possibilité de retrouver l'acte de baptême de nos enfants nés en Ethiopie ?  Il ne faut pas se faire trop d'illusions. Même en supposant que le baptême ait été retranscrit dans un registre (tout à fait incertain, sauf  dans les grandes villes), il faudrait connaître 1) la date (version éthiopienne), 2) la ville et l'église dans laquelle l'enfant a été baptisé. Ouh la la c'est mal parti ! Mais quelle heureuse insouciance sans toutes ces tracasseries administratives !!!

En France, où l'on ne peut presque rien faire sans 36000 papiers et tampons (voir nos démêlés aux uns et aux autres avec CPAM, Mutuelle, CAF, préfectures, etc.), il faut produire une preuve du baptême pour la Première Communion, la Confirmation, le Mariage.

Mais comment faire alors ???

Heureusement l'Eglise est une bonne mère et comprend les besoins de ses enfants !

Elle permet donc de donner aux enfants dont on ne peut pas prouver le baptême un "baptême sous condition", c'est à dire qu'on baptise l'enfant en spécifiant "si tu n'est pas déjà baptisé je te baptise..." On donne ainsi une date et un lieu à un sacrement qui a peut-être déjà été administré ailleurs et ce ne sera pas un 2ème baptême.

Nous avons vécu le baptême sous condition de Petit Loup et Petit Poussin et cela a été une super fête.  Ils ont assisté depuis leur arrivée à plusieurs baptêmes dans la famille et chez des amis. Ils ont participé à la préparation parce qu'ils y tenaient beaucoup, comme un rite qui reconnaît publiquement leur adhésion à notre famille.

Retour à l'accueil