140DSeigneur bien-aimé, qu’il me soit donné de Te voir aujourd’hui et chaque jour en la personne de Tes malades et, tandis que je les soigne, de Te porter secours.

Bien que Tu Te caches sous la pénible apparence de l’être irritable, exigeant, déraisonnable, puissé-je toutefois te reconnaître et dire : « Jésus, mon patient, comme il est doux de Te servir. »

Seigneur, donne-moi cette foi clairvoyante, et mon travail ne sera jamais lassant. Je trouverai toujours une joie nouvelle à me prêter aux caprices et à contenter les désirs de tous les pauvres souffrants. Ô bien-aimé malade, comme tu m’es doublement cher quand tu personnifies le Christ, et quel privilège est le mien d’être admise à te soigner.

Très doux Seigneur, rends-moi sensible à la dignité de ma haute vocation et de ses nombreuses responsabilités. Ne me laisse jamais la déprécier en laissant la porte ouverte à la froideur, à la rudesse ou à l’impatience.

Ô Dieu, tant que Tu es Jésus, mon patient, daigne aussi être pour moi un Jésus patient, indulgent pour mes erreurs, ne regardant que mon intention qui est de T’aimer et de Te servir en la personne de chacun de Tes malades.

Seigneur, fais grandir ma Foi, bénis mes efforts et mon travail, maintenant et à jamais.

Amen

Retour à l'accueil