Nous avons  choisi cette année une école hors contrat pour nos cadets. Elle est ouverte depuis 2007, je crois, à l'initiative de parents avec le soutien actif du curé  et même l'appui du maire.  

Le cours est dirigé depuis septembre 2008 par une de nos amies.
L'école accueille un peu moins de 100 élèves de la Grande Section de Maternelle à la 5ème, 6h par jour, 4 jours par semaine.

Au début j'étais un peu effrayée par la distance (60km) à faire tous les jours aller et retour, les repas à préparer (pas de cantine), mais en fin de compte, l'entraide et le co-voiturage ont résolu le problème du transport et une solide organisation de l'intendance a dissipé l'inquiétude alimentaire !

Aujourd'hui, pour la première fois depuis 18 ans que Petit Coeur et moi sommes parents  d'élèves, nous avons des enfants heureux d'aller à l'école, fiers de leur progression, qui se mettent aux devoirs sans rechigner et sans rappel, enthousiastes et joyeux pour leurs apprentissages...

La directrice donne de temps en temps un petit enseignement aux parents et nous permet de prendre du recul afin de ne pas "plomber" l'ambiance familiale avec les problèmes scolaires... Elle est extrèmement exigente avec ses élèves (français, latin, théâtre en 6ème et 5ème, atelier d'écriture au primaire), mais avec beaucoup d'humour et les enfants ne sont jamais humiliés d'avoir été semoncés.

Tilou est en 6ème, le latin est sa discipline préférée, il est en tête de classe en français, lui qui n'en comprenait pas un mot il y a 4 ans et qui a réalisé en 3 ans tout le programme du primaire... Une de ses profs me disait justement il y a peu sa joie de voir si bien réussir un enfant pour qui tout n'a pas été facile, et qui devance souvent ses condisciples à qui tout est  donné sur un plateau depuis leur naissance... Et c'est vrai, nous sommes très fiers de lui, et ce  d'autant plus que nous avons choisi d'être exigents nous aussi.

Tchatchi est plus paresseux (et c'est vrai que c'est épuisant pour les parents),  son institutrice le mène avec doigté et il évolue doucement mais sûrement. Nous avons reçu récemment un complément d'information sur son passé, encore pire que ce que nous savions déjà. Autant dire que nous marchons sur des oeufs avec cet enfant, sans pourtant vouloir l'élever dans du coton... A la manécanterie, il développe maîtrise et expression dans une bonne ambiance fraternelle (rugueuse parfois, comme souvent entre garçons !)

Nous avons une connaissance relative des souffrances passées de nos gars, et nous avons décidé que celà ne nous donnait pas le droit de les "gâter" pour compenser... La tâche est rude et offre beaucoup de résistance. Nous sommes peu compris, même chez beaucoup de parents vraiments soucieux de bien éduquer leurs enfants, la comparaison est douloureuse et la remise en question fréquente. Pourtant il est facile de constater que nos fils sont joyeux et libres (sans préjugé ou crainte devant les autres) et jouissent d'une santé éclatante... et savent bien se tenir... !!!

Pendant que j'y suis, je finis le tour de la famille : Tilion qui a intégré Hydro  (école de la Marine Marchande) en septembre  vient de terminer sa première "nav" (stage embarqué) sur un super pétrolier, entre la Corée du Sud et les Emirats Arabes et retour. Il n'est toujours pas très causant, (çà fait très loup de mer solitaire... ça tombe bien !) mais la plupart des indices laissent à penser qu'il est heureux. Il est assistant dans une Troupe scoute et initie les normands au rugby !

Titepoulette est assistante aussi, dans une Clairière (filles de 8 à 12 ans), s'occupe d'un petit garçon tous les jours après l'école et suit avec enthousiasme un stage en Grande Section et en CP dans l'école de ses petits frères. Côté études, elle s'apprête à laisser tomber le BTS  qu'elle a entrepris cette année avec le CNED, mais sans savoir quoi faire l'an prochain. On pourrait penser qu'un métier tourné vers l'enfant l'attirerait, mais pas du tout, "elle connait ses limites". Autrement dit elle veut bien avoir affaire à des enfants de façon régulière mais non permanente et intensive ! J'essaie d'être détachée mais je rue intérieurement tant j'ai de mal à comprendre cette indécision. (Priez pour nous !)

Petit Coeur essaie de concilier travail et vie de famille en donnant à chacun sa place, mais je trouve toujours que la famille n'a que la portion congrue ! Ceci dit il y a beaucoup de tensions (au boulot) et il se croit encore indispensable ou a peur de ne pas l'être.

Pour ma part, j'ai changé d'emploi sans changer d'employeur, je suis devenue infirmière "administrative" c'est à dire que je réalise toute la partie organisation et gestion de mon métier. J'ai regretté de quitter le contact étroit avec les personnes âgées, mais c'est intéressant d'être à la source du soin et de participer à l'amélioration du service tout en développant d'autres talents et avec des horaires "taillés sur mesure".
Oups ! j'ai été beaucoup plus longue que je ne le voulais, mais je ne sais pas trop où "amputer" alors je vous le donne tel quel !!!

Retour à l'accueil