"Vois que Lui, pour toi, s'est fait objet de mépris, et suis son exemple, en devenant, par amour de lui, méprisable en ce monde. Admire, ton Epoux, le plus beau parmi les fils des hommes, méprisé, frappé et plusieurs fois flagellé sur tout le corps, et allant jusqu'à mourir dans les douleurs les plus atroces sur la croix."                                                          Ste Claire : l'amante passionnée du Crucifix pauvre

11 août                                      
Après beaucoup d'effort pour aménager le petit lion -et enfin une bonne douche, car l'eau a été rétablie !- nous avons eu une bonne partie de l'après-midi pour nous ballader. Impossible pour un jeune marin de ne pas nous entraîner vers la mer et les bateaux. Nous voici donc successivement sur la jetée du port de plaisance, sur la digue, devant des monceaux de vieux filets abandonnés et encore pleins de coquillages, crabes, oursins, étoiles de mer. Toutes ces merveilles tirées de la mer et qui meurent là évoquent encore ce mystère infini de la Création si belle, si grande, si variée, l'intelligence, la générosité, la prodigalité et l'imagination de mon Créateur.
Au départ des ferries, les enfants observent, impressionnés, le défilé incessant de dizaines de voitures et même de camions avalées dans le ventre d'un géant. Nous sommes minuscules à côté de ce monstre !
Et voilà que leur grand frère, tout auréolé de son SAVOIR maritime, lâche aux deux petits que ce monument flottant est un petit chien à côté du super pétrolier sur lequel il a navigué cet hiver !
Un bateau plus gros que celui-là ? Impossible, il ne pourrait pas rentrer au port ! Les petits sont sceptiques, le grand les fait-il marcher ? son prestige est en danger !
Qu'à celà ne tienne, Petit Lion nous emmène alors au Cap d'Antifer où accostent les montagnes des mers, le temps est magnifique. La plage qui jouxte le port nous fait regretter de n'avoir pas pris nos maillots.
Las, pas de géant à contempler, le mois d'août a vidé le port de ses glorieux batiments.


C'est alors que nous réalisons que Le Havre n'est qu'à deux pas d'Etretat, et que d'autres splendeurs s'offrent aux yeux des créatures éperdues d'admiration devant tant de génie. Cet éclat lumineux des falaises blanches, tranchant sur le bleu sombre de l'Océan et le vert pimpant de la prairie, est indescriptible, les photos même ne rendent pas justice de tant de beauté...


En rentrant, Petit Lion nous signale encore les belles falaises de La Hève, quel panorama ! Et là, dans le soleil descendant vers son coucher, avant d'embraser la mer, au moment où nul n'y pensait plus, apparaît, minuscule, presque à l'horizon, la fantastique silhouette d'un super tanker ! Nous disposons d'une heure encore pour admirer sa marche majestueuse avant d'aller le voir de près entrant au port...
Et les enfants de s'extasier devant l'intelligence de l'homme capable de créer de si grandes choses, et moi d'adorer Celui qui créa cette intelligence...

Retour à l'accueil